Adama Bictogo, un patron à plein régime

Le Président du holding Ivoirien Snedai Group n’en fini pas de se diversifier, du biométrique au BTP. Un essor qui s’est accéléré sous Alassane Ouattara, pour qui il fait inlassablement campagne…

A Abidjan sa proximité avec le palais irrite jusqu’aux barrons du Rassemblement Des Républicains (RDR), le parti au pouvoir. Mais elle a rendu Adama Bicotogo à 52 ans, intouchable. Dominique Ouattara, la première dme est sa « grande sœur », le Secrétaire Général Amadou Gon Coulibaly, un ami fidèle. Et c’est une relation quasi filiale qui le lie au Président Alassne Ouattara depuis leur première rencontre, le 14 Février 1994. Adhérent de première heure du RDR, Adama Bicotogo a été de toutes les batailles, de tous les rapprochements, de tous les compromis. Lors de la crise postélectorale de 2010, il a su trouver des soutiens internationaux. Un négociateur habile, il avait déjà été en 2007 l’un des artisans des accords de Ouagadougou, qui ont permis de renouer le dialogue entre l’ex-président Laurent Gbagbo et le chef rebelle Guillaume Soro. Récompensé pour sa loyauté, il a décroché en 2011 le ministère de l’intégration africaine. Avant d’être poussé à la démission un an plus tard, lorsqu’a éclaté le scandale du détournement des indemnisations des victimes du Probo Koala, ce navire qui, en 2006, avait déversé des déchets toxiques à Abidjan. Début 2010, l’homme gérait le cabinet MBLA, chargé de gérer la médiation entre les parties. Blanchi au pénal, l’homme reste marqué par cet épisode « Le plus important est d’avoir pu conserver la confiance du Président », insiste-t-il.
MARATHON. Sans surprise, le Secrétaire Général adjoint du RDR sera l’un des grands ordonnateurs de la campagne d’Alassane Ouattara candidat à s propre succession en octobre. A Yamoussoukro, Adiaké, San Pédro, il s’active à motiver les comités départementaux avec déjà trois meetings les 22 et 23 Aout. Le début d’un marathon où il devra alterner bains de foule et rendez-vous d’affaires.
Car, depuis son départ du gouvernement, ce fils de planteur s’est surtout consacré au développement de ses entreprises. Au moment où il s’est engagé en politique, dans les années 1990, il était déjà à la tête d’une société d’import-export. Et il a par la suite toujours conservé un pied dans le secteur privé, par exemple dans le négoce de cacao au milieu des années 2000, tout en étant conseiller politique. En 2008, Désiré Tagro, alors ministre de l’intérieur, dont il s’est rapproché à la faveur des accords de Ouagadougou, l’informe que la Côte d’Ivoire entend adopter un passeport biométrique, une première en Afrique de l’Ouest. Flairant l’opportunité, Adm Bictogo crée l’entreprise Snedai et approche le belge Zetes, candidat malheureux en 2007 face à Sagem Sécurité (devenu Morpho) pour la réalisation du fichier électoral. L’association est un succès. Depuis, tous les deux ont emporté des marchés au Mali, en Gambie, au Togo et en Côte d’Ivoire, où ils gèrent l’enrôlement pour la couverture maladie universelle.
« VRP ». Avec l’accession au pouvoir de son mentor et le retour de la croissance, cette double appartenance aux sphères publique et privée est devenue l’une de ses forces, même si, sous la pression de l’opinion, il a parfois dû y renoncer, comme en 2011, lorsqu’il avait voulu s’associer au groupe français Nicollin pour le ramassage et le traitement des déchets. Quand on lui oppose ce mélange des genres, l’homme ne se dérobe pas : « Oui, j’ai un solide réseau, y compris à l’étranger, et je me donne beaucoup de mal pour cela. Je suis le VRP de mon groupe quand les multinationales engagent des sociétés de relations publiques ». Dès 2011, le businessman s’est rapproché de Macky Sall pour décrocher le marché des visas biométriques. Et a pu obtenir une compensation lorsque l’Etat a fit machine arrière en 2015. « Mais avoir des contacts ne suffit pas, ajoute-t-il. Jugez-moi sur les marchés que j’ai obtenus. Si je bénéficie toujours du soutien des banques, c’est parce que je respecte mes engagements. »
Ce patron doit aussi s réussite à sa capacité à renforcer les ressources humaines de ses entreprises. « Aujourd’hui, nous pouvons répondre sans Zetes à certains appels d’offres, comme pour la carte consulaire au Burkina Faso », illustre intéressé.
Depuis trois ans, Adama Bictogo diversifie ses activités, investissant les secteurs des transports, l’immobilier, des travaux publics et de l’énergie. Ses six entreprises emploieraient 1000 salariés. Parmi ses dernières réalisations figure un lotissement de 108 villas et appartements de haut standing destiné à la location dans les quartiers des deux-plateaux à Cocody. D’Ici à quelques semaines, il démarrera la construction d’embarcadères pour les passagers sur la lagune Ebrié. Un investissement estimé à 20 milliards de FCF (30,5 millions d’euros) pour lequel il s’était associé avec le groupe turc Yildirim, responsable selon lui des retards sur le chantier. Selon nos informations, il devrait finalement l’exécuter seul. Et au Sénégal, il attend le feu vert des autorités pour une série de bâtiments administratifs. Mais ses projets les plus ambitieux concernent le secteur de l’énergie avec la réalisation des centrales électriques en Côte d’Ivoire, au Sénégal, en Guinée et au Benin. En discussion depuis cinq mois avec un groupe ibérique, le partenariat pourrait être officialisé en Septembre.
Entre 2016 et 2020, Adama Bictogo prévoit investir un milliards d’euros grâce à l’appui de banques comme BGFI ou Ecobank. Afin d’augmenter son poids financier, il a décidé avec le soutien de cabinet PwC, de consolider ses activités dans un holding, Snedai Group qui représenterait 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Cet entrepreneur atypique, diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion de Paris grâce à son frère Lassana, qui a financé ses études, prévoit d’ici cinq ans poursuivre son développement dans le champ de la microfinance « pour donner les moyens au secteur informel de créer la valeur ajoutée » .Et de devenir, comme il en rêve à haute voix, l’un des cinq plus importants chefs d’entreprises de l’UEMOA. Et la politique? Après 2020 les ambitions seront légitimes, sourit-il.

Juluin Clemençot

Jeune Afrique

RDR - ROYAUME UNI

Site Officiel de la Délégation RDR du Royaume Uni

Vous aimerez aussi...